Accueil    Début    Chiffres    Docs    Albums    Liens    Agir    Vidéos    Le Blog    Vivr’HandiAccueil.htmlDebut.htmlChiffres.htmlDocs/Docs.htmlAlbums/Albums.htmlLiens.htmlAgir.htmlVideos.htmlhttp://www.36mots.frhttp://www.vivrhandi.frhttp://livepage.apple.com/shapeimage_1_link_0shapeimage_1_link_1shapeimage_1_link_2shapeimage_1_link_3shapeimage_1_link_4shapeimage_1_link_5shapeimage_1_link_6shapeimage_1_link_7shapeimage_1_link_8shapeimage_1_link_9
 
Voilà, en 3 ans, 36 mois donc, plein de choses (drôles parfois, dramatiques le plus souvent !) se sont succédées. C’est... une expérience INCONTOURNABLE pour laquelle je n’avais pas postulé, mais que j’ai “décrochée” à l’issue d’un concours de circonstances. Le fameux “ça n’arrive qu’aux autres”, vous connaissez ? Et bien moi, j’y étais. Vous me croirez si vous le voulez, mais ce n’était pas franchement super. Vous vous en doutiez ?

Je vais essayer de vous raconter ce parcours, tant bien que mal, le plus sincèrement possible. Je vais tenter de vous montrer ce qui se passe vu de l’intérieur, mais aussi de l’extérieur, lorsque des vies basculent. Car “les autres”, la famille donc, on ne le dit jamais, mais ils en prennent également plein la gueule, il n’y a aucun salut, aucune pitié, aucune dérogation. Grands et petits, lorsque des vies sont volées, esquintées, chamboulées, et bien le sentiment d’injustice est le même pour tous. Ce sont les mots pour le dire, voire le dénoncer, qui changent. Je vais tenter de m’exprimer pour eux, eux qui représentent tout pour moi, eux qui ont eu confiance en moi, le père, mais aussi l’époux que j’étais, et surtout que je suis à ce jour, bien avant d’être tétraplégique. Car le handicap est un état, en aucun cas un rôle derrière lequel il serait tentant de se réfugier.           

 

Une fois le raz de marée passé, secourons les vivants, enterrons les morts (une véritable hécatombe), et redémarrons cette nouvelle vie où tout, tant pour eux que pour moi, tout est à réapprendre, reconquérir, réensemencer. Certains d’entre vous vont me reprocher de m’afficher, d’être impudique, ou encore d’essayer de me mettre en avant. J’ai décidé de rendre cette “tranche de vie” publique pour trois raisons évidentes: Avant tout afin de rendre hommage à tous ceux qui m’aident ou m’ont aidés (proches et soignants), souvent avec la plus humble des dévotions, à me relever de ce pied de nez que nous a si généreusement offert la vie. Egalement pour ne pas rester sur la touche à regarder les gens vivre et s’éloigner, pensant que je sois complètement, “out”, “has been”, insensible, ou bien pire encore, étanche à la réalité, à la beauté de la vie. Et enfin pour démontrer qu’il y a quelque chose “après”, que ce n’est pas du tout facile, loin s’en faut, mais que le pire est vraiment derrière, l’avenir, lui, est devant.

Ces 36 mois de réflexion, d’efforts, de douleurs, de pleurs, de petites victoires, de frustrations, de rencontres exceptionnelles, et bien je vous les livre tels qu’ils sont, sans fioriture, en espérant qu’ils puissent vous aider à trouver un sens à votre vie, que vous soyez valide ou invalide. Qu’ils vous aident à relativiser, à devenir plus pragmatique, plus... analytique, pour vous-même, mais surtout envers les autres.

Quant à moi, je vais déjà vers... l’ensuite...car ils m’attendent, et je les aime éperdument.

Fabrice

Les circonstances de l’accident.

La suite...

36 mois, et ensuite...